Un peu d’amour qui déborde

HOLA LES GAAAAAARS,

Ce look là, vous avez failli ne jamais le voir. Explications.

Vous savez à quel point j’aime raconter ma vie. Moins c’est intéressant, et plus j’aime développer sur le sujet pendant des heures. C’est un don hein, de brasser de l’air comme ça vous savez. Et là, à mon retour de vacances, je pourrai vous parler de mille choses intéressantes : vous raconter ce que j’ai fait, vous parler des jolis endroits que j’ai découverts, du troupeau de chamois sauvages que j’ai croisé, de l’architecture trop canon du Pays Basque , MAIS NON, je vais vous pondre une thèse sur cette combi noire Zara. Je vais vous raconter son histoire. Alors pas l’histoire de sa naissance en Chine hein mais l’histoire de son acquisition.

Déjà, à la base, le jour où je l’ai achetée (lundi dernier), c’est un jour où je me suis levée en me disant « Aujourd’hui, je n’achète rien ». Mes cops avec qui j’étais en vacs (cops…vacs…putain je parle comme une vieille meuf…) (mais je trouvais que ça sonnait bien) voulaient aller en Espagne à la frontière pour faire un peu de shopping. Moi je m’étais mise en tête que j’allais rien dépenser, mais même pas 5 euros hein, et que j’avais juste envie d’aller bouffer des churros au bord de l’eau (non mais quand je dis que je dépense pas d’argent, ça inclut pas la bouffe hein, ça c’est vital c’est différent). Bon, après, vu que je bosse dans la mode, etc, ça me semblait quand même honnête de regarder les nouveautés chez Zara histoire d’être à la page sur les dernières tendances. Et puis là, le drame, le coup de foudre, elle est là sur son cintre, elle me regarde d’un air coquin avec son petit bouton défait et son étiquette de prix mal rangée. Elle me drague, cette pute ! Je détourne le regard, j’essaie de passer à autre chose, je sors du magasin, je respire, mais je n’ai qu’elle en tête. On va à la plage, je me baigne, debout dans l’eau, collée à dix-huit mille personnes comme si on était dans le métro sauf qu’il fait encore plus chaud et qu’on va nulle part, et je pense encore à elle. Je m’allonge sur le sable, je fais le vide, je pense encore à elle. D’un coup, d’un seul, je me lève, je regarde mes copines, elles me regardent, je leur dis « JE VAIS ALLER ACHETER MA COMBI CHEZ ZARA » comme si je venais de prendre la décision la plus importante de ma vie.

Je m’empresse donc de retourner chez Zara, pleine de sable, avec le maillot de bain encore trempé, dans un magasin où la clim à fond me fait trembler de froid, bref, quand on aime, ON PEUT CREVER AUSSI. J’essaie la combi, bon, elle est à ma taille, sauf qu’il y a un peu d’amour qui déborde des deux côtés de mes hanches quoi. C’est pas très joli. Mais je me dis qu’en faisant une petite diète au retour des vacances ça fondra vite. Sauf que le gras, ça fond pas en l’arrosant avec du gras hein. Donc forcément ce matin, quand je l’essaie à nouveau, j’ai pris à peu près deux kilos depuis le jour où je l’ai achetée, je me trouve grosse et moche dedans. Mais je l’aime trop et j’ai absolument envie de faire un look avec. Et si je la garde au placard avec tous mes vêtements de la catégorie « Je les porterais quand je serais plus mince/plus bronzée/avec les dents plus blanches/plus grande/plus blonde » elle n’en sortira plus jamais. RIEN A BATTRE, JE LA PORTE QUAND MEME.

Elle est cool ma vie ou pas ? Et ma combi ?

DES BISOUUUUUS

Merci à Roxane pour les photos et pour ce lieu de folie ♥

 

12 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *