A l’époque

Hola les gaaaaaaaaaaars,

Ca fait un bail hein ? J’ai une existence bien remplie en ce moment, je vous assure que j’ai même pas capté à quel moment on était passé de Janvier 2017 à fin Juillet 2017 mais j’ai dû rater des épisodes. Y a un truc qui m’énerve, c’est que plus on est actif et plus on vaque à des tonnes d’occupations et plus le temps passe vite. Franchement, ça donne juste envie de rien branler histoire de rallonger un peu le temps. En fait je pense que j’ai raté plein d’épisodes. On parle pas seulement de l’année 2017 mais on parle de toute mon existence là. Je sais pas à quel moment je suis passée de « J’ai onze ans ma principale préoccupation est de savoir si Alberto veut sortir avec moi et de trouver une excuse pour pas faire les exos de Maths pour demain –oh tiens je dirais que je les avais notés pour la semaine d’après. Oh non je dirais plutôt que j’avais oublié mon livre dans mon casier » à « J’ai bientôt trente ans ma principale préoccupation est de savoir comment faire pour bouffer des Curly sans être grosse ». PUTAIN.

En fait j’ai pris un gros coup de pelle cette semaine. Plein de petits trucs à la con qui rappellent à l’ordre sur le temps qui passe. Si vous me suivez sur les réseaux sociaux (oui si vous êtes un taré et que vous me suivez dans la vraie vie) (*se retourne brusquement*) (PERSONNE) (Pardon) vous n’êtes pas sans savoir que je suis allée à Paris cette semaine pour aller voir les U2 en concert au Stade de France. Avec ma soeurette qui est ma plus fidèle compagnonne musicale, nous nous sommes pointées à 14h, ouverture des portes à 17h, début du concert à 21H…ça laisse le temps de papoter avec les gens autour, surtout qu’on est collés les uns aux autres. Et pour engager la conversation, on peut compter sur ma sœur qui, tout comme moi, inspire la sympathie dès qu’elle ouvre la bouche. « Mais vous allez pas fermer vos gueules » -> voici la première phrase d’accroche prononcée par ma sœur à un groupe d’amis assez surexcité à côté de nous. Il faut croire que le franc-parler fait des ravages puisque dix minutes plus tard, ils nous proposaient de boire dans leur verre, malgré de multiples blagues très lourdes de notre part sur le Nord-Pas-De-Calais d’où ils venaient. Je crois qu’à un moment on savait plus trop si les gens étaient venus pour un concert des U2 ou pour un spectacle two-women-show de deux sœurs complètement tarées MAIS BON. Je voulais pas parler de ça à la base, je voulais parler du temps qui passe, bordel. Je racontais une histoire (une histoire formidable, vous vous en doutez) à un type à côté de moi, une histoire qui date de quinze ans, et je commençais chacune de mes phrases par « A l’époque » et s’en est suivi un immense débat sur l’utilisation de l’expression « A l’époque ». Ouais moi quand je parle d’un truc qui s’est passé il y a quinze ans à une époque où on écoutait de la musique avec un walkman et on jouait avec des morceaux de cartons ronds (OUI LES POOOOGS) dans la cour de récré, ba oui, je dis « A l’époque ». Et autour de moi les gens n’étaient pas d’accord. TOUT LE MONDE ETAIT CONTRE MOI. Mais le vrai problème dans cette histoire, c’est le fait de parler de choses en disant « Il y a quinze ans ». Ba ça m’a foutu un coup de pelle. Bientôt je vais me réveiller un jour et dire « Oh il y a trente ans… » « Oh il y a quarante ans… » « Oh il y a…mais qui suis-je ? Où suis-je ? » ALORS COMMENT ON ARRETE LE TEMPS BORDEL !!! Bref, une chose est sûre en tout cas, il y a quinze ans, j’étais déjà pas bien nette dans ma tête et j’ai maintenu une certaine constance à ce niveau. 27 ANS DE FOLIE DEMENTIELLE LES GARS ! Et une seule morale à cette histoire : la vie est courte, mangez des Curly quand vous voulez.

Revenons-en à nos moutons. Petit topo sur ce look shooté à Paris avec Alicia devant Beaubourg avec que des nouvelles choses : mon body à fleurs de chez New Look que je vous présentais déjà dans mon dernier article, mon nouveau pantalon tellement confortaaaaaable de chez Zara et mes chaussures de drag-queen shoppées en soldes chez Pull&Bear. Que des petites merveilles dont je ne me lasse pas. Enfin, je m’en lasse pas mais en triant les photos je viens quand même de me demander « Ah mais tiens il est où ce pantalon déjà ? » JE ME FATIGUE.

Je vous fais des bisooooooous et puis bonne semaine les poussins ♥

10 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *