Une escapade au vert en Auvergne

Hola les gaaaaars,

Aujourd’hui rien que pour vous je me suis replongée dans les photos de mon dernier long week end au milieu de nulle part, la larme à l’œil. Début mai, je suis partie avec ma copine Lolo (bon tous les gens qui ont une copine qui s’appelle Laurène l’appellent Lolo, on est d’accord ?) (Fonctionne aussi avec Laurence) au fin fond du cantal pour un week-end 100% nature et 100% detox (LOL) (pour le côté nature on a tapé dans le mille) (par contre pour le côté détox…dans une région avec un nom de fromage…vous avez bien compris que c’était MOOOOOOORT)

Pourquoi le cantal ? Tout simplement parce qu’on souhaitait trouver un endroit calme, paisible, au milieu de nulle part, alors j’ai cherché sur les internets une petite hostellerie bien paumée. Il y a plein de jolies maisons d’hôtes et de gites de caractère très abordables dans la région. J’ai trouvé un petit endroit magique : L’hostellerie de la Maronne, une magnifique maison de maître transformée en hôtel et restaurant, nichée dans une vallée, au cœur du Cantal, au milieu des champs, des vaches et du CAAAAALME. Le kiff absolu. Raison de plus, selon une étude réalisée par le moteur de recherche de locations de vacances Holidu.fr, l’Auvergne fait partie d’une des régions touristiques les plus abordables en France donc FONCEZ !!!

Nous sommes arrivées le vendredi soir après un trajet en voiture très champêtre, on s’est rué au restaurant de l’hôtel pour notre premier repas, pour déguster un délicieux pavé de bœuf avec une truffade de foliiie et un assortiment de fromages pour la suite. Bref, de quoi nous mettre directement dans le bain (on ne parle pas des verres de vin, mais bon, ça nous a bien détenduuuuuues aussi) et lancer les hostilités pour les 3 prochains jours : le séjour sera placé sous le signe du fromage, du vin, de la rigolade, amen.

Le lendemain, pas question de traînasser au lit, il y a un grand ciel bleu et un beau soleil alors que la météo nous promettait des bonnes journées de grosse pluie DONC C’EST UN MIRACLE, on va profiter de chaque rayon du soleil. On file au petit déjeuner vers 8h30, je vous cache pas que les petits-déjeuners dans les hôtels, c’est ma grande passion…  je m’y empiffre à chaque fois comme si j’allais être privée de nourriture pendant trois semaines (ET BA ON SAIT JAMAIS HEIN). Des œufs, du jambon, du fromage, je commence toujours par un énorme gueuleton salé, avant d’entamer un marathon sucré : viennoiseries, trois kilos de pain avec trois kilos de confiture, bref, je prends tellement jamais le temps de déjeuner chez moi (et heureusement, si je me rajoutais encore ces 3000 calories supplémentaires chaque matin… je serai peut-être échouée présentement sur la banquise comme un baleineau et je ne pourrais probablement pas témoigner) que les buffets à l’hôtel, je suis sûre que les gars après mon passage ils se mordent les doigts de faire un prix fixe. Bon, je vais peut-être pas passer l’article à vous parler du buffet de l’hôtel ? NE ME TENTEEEEEZ PAS !! (En plus je viens de me peser et jpeux vous dire que les buffets à volonté vont devoir se passer de moi un petit moment hein) (#carnage)

Après toutes ces calories englouties, rien de tel qu’une petite promenade dans la campagne. On quitte l’hôtel, j’abandonne toute dignité : pas coiffée, pas maquillée, un gros pull vert chenille, une dégaine à faire flipper un poney, bref, en mode DETENTE LES GARS. On s’enfonce dans la campagne, dans la forêt, on sympathise avec nos nouveaux amis : des chevaux, des vaches, des poneys. On refait le monde, on papote, on répète dix mille fois que « C’est trop beau » et « Ca fait trop du bien » BREF ON KIFFE. Après deux heures à se dégourdir les pattes, on reprend la voiture pour aller explorer des horizons plus lointains (POUR ALLER CHERCHER A BOUFFER). Direction la petite ville de Mauriac, il est un peu tard, on est pas très sereines pour trouver un endroit qui daigne encore nous faire à manger. Après s’être faites recaler dans le centre de la ville par un restaurant, on se fait conseiller un super spot par l’office du tourisme, directement le lac de Mauriac pour déjeuner sur le tard au bord de l’eau : buffet d’entrées, grillades et frites, buffet de desserts, encore un bel échec pour ce week-end détox MAIS BON on vit qu’une fois on va pas s’emmerder la vie avec des régimes hein. Là, au bord de l’eau, avec un grand soleil, un calme absolu, on se disait déjà qu’on était pas mal du tout, mais ça, c’était juste avant que le gérant nous conseille un endroit en dehors des sentiers battus, perdu au milieu de nulle part et connu que par les locaux. L’AVENTUUUUUURE je vous dis ! On part donc se perdre dans un chemin broussailleux qui n’en finit plus de descendre et de descendre, pour arriver au bord d’un immense lac perdu au milieu d’énormes falaises, complètement désert, bref, le KIFF.

Avant de rentrer, on fait un détour par le village de Salers, assez proche de notre hôtel, classé parmi les plus beaux villages de France. Si vous êtes dans le coin, c’est pour moi une visite INCONTOURNABLE. Tellement incontournable qu’on y est retournées finalement trois fois pendant notre séjour de trois jours. On est tombées en plus pile un week-end où il y avait une foire des artisans, avec ventes et dégustations de produits locaux, bref, pile le genre d’évènements qui me rend heureuse (MAAAAAANGER). On est donc reparties avec nos paniers pleins de fromages, charcuteries, petits vins de pays, terrines et compagnie pour se faire un bon petit pique-nique dans notre chambre le soir devant un bon film (bon au final c’était un film un peu de merde mais le pique-nique était TOPISSIME). Une journée de folie, à découvrir mille et un endroits, une grosse mais bonne fatigue le soir, bref, le genre de week-end qui fait vraiment plaisir !!

Je suis en train de me rendre compte que cet article va faire trois pages si je continue à raconter ma vie autant…alors qu’au final je suis sûre que la moitié d’entre vous ne regardent que les photos (non mais je vous comprends les gars moi déjà quand j’écris un article j’ai la flemme de me relire alors je peux concevoir que vous aussi hein) BREF je vais faire plus concis pour les deux jours d’après. On s’est réveillées le dimanche matin sous un beau ciel bleu mais qui s’est vite dégradé. On a décidé de partir en exploration à Puy Mary pour aller découvrir un des sommets des Monts du Cantal, qui culmine à plus de 1700 mètres d’altitude. On a commencé le trajet en voiture sous un grand soleil, à chanter Gilbert Montagné puis au fur et à mesure qu’on a grimpé vers le mont, on a eu un peu l’impression de grimper vers les ténèbres. On a vite vu les degrés descendre pour atteindre rapidement zéro. Puis on a vite plus rien vu du tout en fait. On est arrivées au pied du mont pour se garer, on a enfilé trois pulls et on s’est enroulées dans trois kilomètres d’écharpe. Maintenant qu’on est là on va pas craquer à trois mètres du buffet hein, autant aller le grimper à pieds ce putain de Mont. ET ELLES Y ALLERENT ! ET ELLES MARCHERENT LONGTEEEEEEEEEEEMPS. Non en vérité, je crois qu’on a grimpé genre quinze minutes, on regardait la vallée en se disant que c’était magnifique puis à partir du moment où il y avait tellement de brouillard qu’on ne voyait même plus nos pieds on s’est dits que peut être ça servait à rien de continuer (AVENTURIERES DE L’EXTREME OUAIS) donc on a décidé de repartir à la civilisation pour ALLER MAAAAAAANGER.

Après une petite virée à Aurillac assez décevante (on a bien mangé mais la ville ne nous a pas franchement laissé de souvenir impérissable) (à part à l’entrée de la ville où il y a ces jolis immeubles au bord de l’eau, voir photo ci-dessous) on a passé quelques heures à se reposer à l’hôtel et le soir, sous un orage de BATARD, on est reparties pour Salers pour aller manger des crêpes sous la neige. OUI SOUS LA NEIGE. La veille je prenais un coup de soleil, et là, on s’est retrouvées sous la neige. Un 1er Mai. TOUT VA BIEN LES GARS.

Cet article fait presque 1500 mots et presque 3 pages sur Word donc je pense que je vais me calmer hein, et vous foutre un peu la paix, on est dimanche soir, on a pas envie de lire des pavés et des pavés. Je vous refais juste un petit topo en dessous pour vous récapituler les bonnes adresses et les endroits sympas à visiter dans le coin si jamais vous avez envie d’un petit week-end au vert pas trop cher dans une super région.

Visiter

Salers – Classé parmi les plus beaux villages de France, situé à l’entrée du parc naturel régional des Volcans d’Auvergne.

Puy Mary – A 1780 mètres d’altitude, grimpez un des monts du Cantal surplombant la vallée.

Port de Chalvignac – Après un passage à Mauriac pour déjeuner, sortez des sentiers battus et allez vous reposer dans le plus grand des calmes au bord d’un grand lac connu seulement des locaux.

 

Manger

Tables Zé Komptoir

10 Place Hotel de Ville, Aurillac

Pour déguster un délicieux aligot

 

Restaurant de l’Hostellerie de la Maronne, Saint Martin Valmeroux

Des produits du jardin, une carte qui change régulièrement, un vrai régal !

 

Brasserie du Plan D’eau, Mauriac

Pour déjeuner au bord de l’eau dans une ambiance chaleureuse et conviviale.

 

Le Rétro, Salers

Pour déguster un bourriol, spécialité auvergnate : grosse galette dont la pâte a levé, garnie de fromage, charcuterie, accompagnée de salade. Un régal !

 

Dormir

Hostellerie de la Maronne – Saint Martin de Valmeroux

6 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *